Sortir au restaurant, c’est vraiment pour les cons

L’autre jour à la machine à café, il y avait la grosse Bénédicte qui était en train de discuter avec Jane, la commerciale ultra bonne, mais qui a quand même un peu de moustache. Et ça tombait bien car je cherchais un peu d’inspiration avant d’aller aux toilettes pour me détendre le colosse. Et je sais pas vous, mais moi j’aime bien imaginer qu’une nénette me susurre des mots sales à l’oreille, du coup je me suis approché de leur conversation pour capter la voix chantante de Jane, histoire de m’en resservir dans ma tête, urk urk urk. Et là, je capte une putain de conversation trop mainstream à base de Top Chaiffe et de gâteau cuits dans du Magimix de mes couilles en rut.

S’il y a bien un truc que je n’arrive pas à comprendre, c’est l’engouement actuel pour la cuisine, et toute la branlette qu’on fait autour. Emissions, bouquins, tapage sur le ouaibe… sans doute une réaction reptilienne pour se donner bonne conscience et sauver la face, après avoir ingurgité en tout état de cause de la merde industrielle déféquée par Findus et autres saloperies façon monsieur Picar oh oui mets-la moi toute #bidochons.

Et le top du top du fap fap alimentaire, c’est bien ces putains de restauranculés. C’est parti pour une démonstration impériale comme il se doit, et on va pas parler du fast-foutre parce que bon, tirer sur l’ambulance, c’est bon pour les vieux cons à moustache style José B. (non c’est trop évident, on va plutôt parler de J. Bové) qui pensent plus à leur réélection qu’à torcher le cul des vaches et tondre leur champ.

Du coup l’autre soir je me présente avec ma meuf et mes beaux-parents à l’Ultimus Papillo (rien que le nom déjà, t’imagine le mec en train de faire le trépier pour s’éjaculer dans la bouche tellement il est narcissique). Déjà j’y vais avec eux parce qu’ils sont blindés à mort et qu’ils vont certainement payer, je suis ptet con mais je sais quand placer mes propres billes. On arrive devant la porte, et je me fais une réflexion particulièrement pertinente : les bonhommes ont dû s’endetter encore plus que des agriculteurs (c’est dire) pour se payer l’emplacement en plein centre ville, histoire d’avoir du passage (normal) et une belle vue. Je vous dis pas le prix du mètre carré pour être concentré allez, 3 minutes quand tu poses ton cul sur la chaise, sur ce qu’il y a à l’extérieur. GG pour le business plan les mecs, et dire qu’il y a des banquiers suffisamment cons pour filer du fric à des tocards pareil.

Les mecs, généralement trop tarlouzes pour avoir fait un métier de bonhomme comme videur de boîte de nuit, pilote d’essai ou pompier, t’accueillent et essaient déjà de te faire les poches en te taxant ton manteau. Pas fou, j’y ai dit que je recompterai la petite monnaie dans la poche intérieure, et que c’était pas un margoulin avec une vilaine peau de son genre qui allait me la faire à l’envers. C’est bon, j’ai plus 6 ans, je peux enlever mon manteau tout seul, c’est pas parce que t’as l’habitude de servir des vieux qui font caca sous eux que tu dois limite te prostituer dès mon entrée dans le restal histoire que je te lâche un pourliche! Pédoque!

Après m’être débarrassé du « maître d’hôtel » (c’est un restau à la con sans piaule, j’ai pas pigé pourquoi il se la pétait avec son costume de troufion et son titre de merde, cet enculé), je vais pour poser mon cul à la table, qui est généralement dans le passage et où tu ramasses la pire place parce que tu comprends, les meufs elles choisissent en premier. Super logique hein, mais vu que je veux baiser en fin de soirée, ça peut être le bon plan donc je me plie à la coutume locale.

Là, on nous apporte la carte : généralement, c’est le reflet de l’identité du restaurant. Plus précisément il y a les noms des plats et les prix, la fiche compta quoi. Je vais pour passer la commande, mais ces connards ont mis des noms super alambiqués qui veulent rien dire ; ça permet de justifier le salaire de l’enculé de serveur qui doit répondre à tes questions (les pauvres cons qui n’ont rien compris à la vie te diront que ça crée de l’emploi donc c’est vachement bien). Le mec, ça doit trop le saouler d’expliquer ce que c’est qu’un cromesquis de purin au foutre à chaque table, mais en même temps si vous aviez un peu de jugeote vous feriez pas de la création de termes qui servent à rien. On se croirait chez les médecins, ou encore pire, chez ces connards de marins.

Bon, je choisis les trucs ; on en vient au pinard et là le mec se la pète trop avec le château Durillon mes couilles de 1968, avec une description digne des pires sketchs de Gad Elmaleh, et les mimiques qui vont bien (« c’est un vin rond en bouche, avec un soupçon d’amertume et un nez très aéré »). Le mec se pointe avec la bouteille, me fait goûter le vin, rien que pour la déconne je lui ai dit que c’était de la piquette, qu’il était bouchonné et qu’il devait m’en apporter une autre. Haha! A 80 balles la bouteille, ils ont du bien chopper les nerfs, ces cons-là! Par contre, vu la suite, on y a quand même perdu au change.

Allez, je prends entrée plat dessert parce que leur histoire de 4 plats à 150 balles, c’est du n’importe quoi. Les mecs se disent restaurateurs et ne te proposent même pas une bavette! Il était hors de question que je prennent un poisson de fiotte ou des gambas, c’est pour les gonzesses ce genre de truc et moi, on me la fait pas. De plus, quitte à ce que ma meuf sente la crevette de la bouche, autant que ce soit après m’avoir sucé la bite, donc elle prendra autre chose. Je pars donc sur du poulet grillé avec un espuma de chépaquoi, c’est le truc qui m’a l’air le moins louche, et en entrée du bidule à base de foie gras, ça doit pas être mauvais.

On attend un peu tout en buvant nos apéros, quand le pingouin se pointe et nous pose 4 verrines et 3 croûtons. « Messieurs-dames en guise d’amuse-bouche je vous propose une crème de petits pois safranée et un tartare de truite fumée du Bengladesh aux pointes d’asperges. Bonne dégustation. » Oui oui, tout ça avec un grand sourire bien mécanique, et là c’est « Messieurs-dames » hein, c’est pas les femmes en premier, donc grosse incohérence mon pote. Bref, tout ça pour dire que c’est sympa parce qu’on a pas l’impression de payer mais et ça te détend un peu, mais quand tu fais le compte au final t’en as pour 90 balles pour des tapas de merde et 3 plats. En plus c’est dégueulasse, le poisson est pas cuit et t’en as pas assez ; non mais sérieux, ils se croient en Chine pour faire des sushis ou quoi? Apprenez à faire cuire une bavette et revenez à ce moment-là, tas de cons. En plus, le serveur, on lui apprend pas à son CAP Mongolance comment faire un vrai sourire sincère ? Ca t’arracherait le cul d’être un peu moins coincé alors qu’on te file du pèze pour tourner autour de la table? Putain, comment il m’énerve lui!

Tant qu’on est dans l’anal, parlons de l’enculade des boissons : tu demandes un verre d’eau, le mec te débouche une bouteille d’Hépar rebadgée en Evian et ils te la facturent à la fin du repas! Putain mais les rapias sérieux, et en plus l’Hépar c’est dégueulasse. Et le pire, c’est qu’ils remplissent ton godet sans que tu le demandes, en mode « je suis à tes soins mon frère », mais c’est pour te forcer à consommer. Même les pires spammeurs osent pas te faire de la vente forcée comme ça, mais putain on est chez les VRP vendeurs d’aspirateur à crédit sur 100 mois ou quoi?!

Arrive mon entrée… et là gros lol. L’assiette est immense, les portions ridiculement petites et espacées. Y’a un micro bout de pain d’épice qui entoure le foie gras pour faire une jolie tour, hihihi c’est joli tout le monde se fappe autour de la table sur le montage de l’ensemble. Déjà y’a pas de pain pour bouffer tout ça, et en plus en une bouchée j’ai tout fini. Quitte à plier l’assiette en 2/2, j’ai gobé le machin façon flamby histoire de faire marrer tout le monde ; cet enculé de serveur a pas décroché un sourire et a fait une moue dégoûtée en reprenant mon assiette, non seulement il a un boulot de merde mais en plus il a pas d’humour. S’il continue comme ça, je lui claque la gueule d’un revers!

Bon, vivement le plat principal parce que là, j’ai les crocs. Désillusion : déjà ils m’enlèvent tous mes couverts, bin ouais faut niquer la planète donc autant utiliser 3 services de vaisselle pour chaque client et utiliser des tonnes d’eau pour laver ça, bravo l’écologie. Ensuite, je me retrouve à nouveau avec une assiette géante, le mec me la joue Gérard Majax à me faire une mise en scène avec la cloche et de la fumée quand il l’a soulevée. Au moment où il a voulu partir, quand je lui ai demandé s’il avait fait un tour de passe-passe parce qu’il me manquait la moitié du contenu et à quel moment il m’amenait le reste, il ne m’a même pas répondu et m’a versé la sauce sur la viande. Et bien évidemment, à l’issue de tout ça, blabla sur la présentation des plats, genre on sait pas ce qu’on a commandé. En plus ça pue le romarin cette merde, ils ont mis un petit faggot (lol) d’herbe qui fouette pour parfumer la bidoche et provoquer un effet waw, sauf que la viande a pris le goût et que c’est immangeable. Y’a un peu de mousse de légume, 2 haricots verts superposés et une petite, toute petite patate. Bon, quitte à payer pour ça, je vais aux cagouinces et je démoule un cake à côté de la lunette, quitte à me faire défoncer le cul autant que je laisse des traces sur place.

On arrive au dessert qui met 3/4 d’heure à venir, à croire que la distance cuisine/salle n’est pas de 20 mètres mais de 5 km. Une bête salade de fruits mais disposée dans la gamelle par un enfant de 5 ans qui aurait fait du coloriage. Atroce, j’ai failli dégueuler d’indignation devant tant de foutage de gueule.

Je jette un coup d’œil aux autres tables, et tout le monde (des vieux sapés comme des milords, bien évidemment) présentent une mine réjouie et formulent des commentaires dithyrambiques sur la bouffe. Il y en a qui ont connu la guerre, parce que pour apprécier la merde, servie comme ça et en quantité dignes des tickets de rationnement de l’Occupation, je ne vois pas d’autre explication. Putain mais les vieux, réveillez-vous un peu le palais, c’est pas parce que vos idoles à la télé font ce que vous n’avez jamais eu les couilles de faire qu’il faut être fanboy comme ça! Bin ouais Papy, si tu voulais être aussi grivois et taquin que Norbert, c’était avant de commencer à tomber en ruine et de faire caca dans une poche ; quant à toi Mamy, la seule chose que t’as en commun avec Maïté, c’est le fait que tu demandes deux chaises pour poser ton gros cul. Et je ne parle pas des grosses tarlouzes, se taisant quand on hausse un peu la voix durant une discussion, qui fantasment sur Etchebest lorsqu’il ouvre sa gueule quand un mec lui chie dans les bottes. Tas de frustrés, si vous aimez manger de la merde à vil prix, c’est bien parce que vous avez eu des vies de cons! Et dire que ça crée des emplois, mais le monde se marche vraiment sur la gueule.

J’ai presque envie de féliciter les cheminots pour leur comportement : au moins eux ils sont francs et ils tournent pas autour du pot quand ils veulent gagner du pognon en branlant rien. Là, on est un cran en-dessous avec la population des serveurs, avec l’hypocrisie en plus. On se lève, on paye et là c’est fini, les lèche-culs à ton service savent que c’est joué, du coup tu ramasses ton bombers et tes rangers tout seul et tu te casses comme ac, sans qu’on prête attention à toi.

Finalement quand t’es serveur, c’est un peu comme le queutard qui a trouvé un plan cul en soirée : tu te dépêche de dessapper la meuf, tu la baise salement et à la fin elle se démerde pour se rhabiller et nettoyer tout le foutre que tu lui as mis sur la gueule et dans les cheveux (ça c’est le côté taquin).

Chignolement votre,

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s