Michel, la réussite

L’autre jour, Sylvain m’a mal regardé. Sous prétexte que môssieur est chef de service, il se permet de venir ramener sa gueule et me signifier « que mes arrivées sont incompatibles avec le rythme de vie de l’entreprise et la bonne tenue de mon poste. ». Déjà tu me parles correct, c’est quoi ce blabla de noble style je me la pète avec des mots savants et j’étale ma science en étant trop courtois pour être honnête! Genre, j’arrive au moins une heure avant la pause midi et je repars à l’heure légale de la débauche, ça va, c’est bon, on n’est plus aux mines, putain! Il me casse les couilles lui!

Du coup cette petite frappe m’a mis les nerfs, et je me suis dit que j’allais le chopper à la sortie du taff histoire de lui éclater sa petite gueule de fouine ; mais bon, avant tout ça, il faut que je m’entraîne. Et quoi de mieux que de trouver un maître sur Internet qui puisse m’enseigner, en quelques vidéos, la létalité d’un art martial ancestral ? C’est au gré de mes pérégrinations (t’as vu moi aussi je peux user d’un vocabulaire soutenu, va niquer ta mère) que je suis tombé sur une perle, un diamant, une pépite bref, de la belle qualité.

Ouais ouais, c’est ça : Mich’L, la réussite.

On ne va pas vraiment s’attarder sur la partie faible de la vidéo qui saute immédiatement aux oreilles, je veux bien évidemment parler du niveau sonore qui est très bas. On sent un manque d’expérience en termes de mixage audio, il serait bon que Mich’L progresse sur ce point. Pour le reste, allons-y franchement : c’est énorme.

La casquette négligemment posée sur la tête, le cheveu légèrement en bataille, la banane en bandouillère, Michel présente bien : tout en égrainant quelques  interjections savamment choisies (« ouais ouais », « michEl », « la réuSSit' », « hanhan »), bras croisés, il pose les bases de son morceau en toisant la caméra d’un regard franc et animé d’une intelligence rare. Vous savez, cette lueur de détermination qu’on ne détecte que chez les mâles alpha, les bonhommes quoi. Balaise quand même de faire preuve d’autant de détermination, surtout face à une bête caméra fixe ; tout de suite on sent bien que ce n’est pas un jeu, qu’on a affaire à un être animé d’un esprit martial. Bon après il regarde souvent par terre quand même, mais ça c’est pour s’approprier l’espace de combat, donc ne vous méprenez pas.

Quelques gestes de reconnaissance (double coup sur le torse puis bras tendu vers l’avant) afin de rassembler son public, et Michel démarre son flow assassin en se présentant : « Moi c’est Michel, rappeur amateur ». Putain mais mec, déjà même amateur, t’en impose de façon énorme, quelle entrée! La dernière fois que j’ai vibré comme ça, c’est quand Johnny est rentré en meule au stade de France! « Mais futur millionnaire » : avec cette phrase, Michel présente direct ses ambitions, sans tergiverser sur la démesure de son projet. Le contraste avec le décor naturel rajoute une tonalité dramatique à son son, soulignant le mec qui a vécu malgré son jeune âge et qui veut s’extraire de sa condition.

A tous les jaloux, à tous les haineux, vous n’avez rien pour plére » (note : plaire dans le texte, mais la prononciation originale ramène aux origines de Michel) : Michel prend le taureau par les couilles et règles ses comptes direct avec ceux qui ouvrent un peu leur gueule dans les commentaires, mais pas assez dans leur vie en face à face. Bam, calmés les pédés! Un enchaînement gauche-droite-gauche, fort habilement exécuté, vient ponctuer ses propos. On sent bien le travail en liaison et les appuis solides de Mich’L, ancré dans le sol. Les frappes sont sèches, puissantes et le style habile qu’il emploie déstabiliserai sans doute les plus grands boxeurs.

Après une tranche de vie sur ses sorties en boîte le week-end où Michel couche avec des mecs qui veulent la baston (j’ai pas tout compris, à priori c’est un suceur de bites mais bon, respect hein, y’a pas de mal moi je suis pas homophobe, surtout avec les pédés qui savent se battre). « miCHel! » Ce prénom, crié comme un slogan, déchire l’espace en même temps que tes tympans. « cinq six! » : soit ce sont les dimensions de son sexe, soit c’est sa région d’origine, à savoir le Morbihan. Notez que les deux explications ne sont pas forcément incompatibles.

Michel parle ensuite de son amour pour les petits déjeuners qu’ils prend le soir en « tartinant des Nymphos » (sans doute une marque de biscottes locales pour garder la forme). Après ce conseil en diététique et une référence à un célèbre nutritionniste (le Docteur Dre), Michel dévoile sa maîtrise complète des arts martiaux, visiblement du ninjutsu. Deux poings, un coup de pied efficace pour briser les côtes de l’adversaire et c’est la transition vers le sabre, l’arme des samouraïs.  Quelques mouvements de taille et nous découvrons tout l’éventail technique de notre guerrier, qui continue inlassablement à lâcher son flow, destructeur et philosophique : « Un jour on m’a dit me ne me baisse jamais les b… la tête alors depuis je n’arrête jamais de viser le ciel! ». Ces propos sont tellement puissants que je vais m’en faire un tatouage. Sur la bite. Oui oui, il y a la place.

Petit clash au passage, visant à révolter ses adversaires et les faire prendre du recul sur leur réalité : « en voyant ta tête je me dis que l’égalité des chances n’existe PAAAAAHHH! T’inquiète pas un jour je te terminerai et tu me remercierAAAAHHH! ». Bim! Faisant volontairement des fautes de français (« les gens ils croivent ») il enchaînent en faisant à nouveau référence à son sexe, visiblement ressemblant à une chenille. Michel semble définitivement assumer son handicap, voir même en rire.

« Bim bim bim KO technique une patate dans la bouche direction la clinique! ». Sérieux, on peut donner un prix littéraire ou quelque chose à ce gars? Son texte est vraiment trop puissant.

Quelques coups d’estocs au sabre dans un arbre et notre maître rappeur enchaine sur une expérience où quelques loubards ont essayé de porter atteinte à son intégrité physique : qu’à cela ne tienne, Michel a retenu son courroux et dégainé son épée. Imaginez la scène, un homme seul, face à 5 agresseurs. Menacé, malmené, il ne doit son salut qu’à l’utilisation de son art. Voilà un beau témoignage en faveur de l’auto-défense, face à l’hyper violence urbaine qu’on peut rencontrer dans nos belles régions, notamment le Morbihan.

Les quelques secondes qui suivent présentent des éléments qui vont paraître incongrus aux yeux des profanes; pourtant Michel nous fait une magnifique démonstration de iaido, cet art martial popularisé par le cinéma via le personnage de Zatoichi, magistralement interprété par Takeshi Kitano. On peut d’ailleurs remarquer une grande similitude entre le regard de Michel et celui de l’épéiste aveugle, sans doute l’éclat d’intelligence qui s’en dégage.

patissier
Zatoichi, mais avec le swag.

Maniant les verbes comme le sabre, Michel lâche son phrasé qui tranche comme mille lames : « Jvois qu’mon rap te donne des frissons mais en plus de ça j’vois qu’t’as une érection! ». « Représente la Bretagne, ici il n’y a que du bon son », petit clin d’oeil à Manau en joyant le geste à la parole et en lançant un coup de poing muni d’une haltère. Bin ouais, Manau = mano = main, c’est évident. Du moins pour les gens qui ont un minimum de logique, faut suivre. Cela étant, je ne partage pas trop cet attrait pour leur musique, notamment leur célèbre titre La tribu de Dana où le mec enjolive l’histoire d’un déserteur qui est le seul à s’en tirer parce qu’il s’est planqué dans un trou à lapin. Mais bon, ça c’était moins jojo à raconter donc ils ont bien mythonné l’histoire en en rajoutant des caisses sur des histoires de magie et de guerriers féroces venus de nulle part avec un chouette air de biniou en intro, donc forcément on fait moins gaffe au scénario. Ça mériterait presque un article pour démasquer cette filouterie, tiens.

Michel parle à nouveau de son hygiène de vie en riant des effets des stupéfiants sur sa personne, qui n’arrivent même pas à entamer son mental d’acier et sa santé de fer. Il jette cela au visage de ses détracteurs, bien moins armés face à la vie en leur proposant une prestation visant à leur confectionner des cercueils. « Vodka Redbull ouais chui chaud pour la night un peu de Booba et j’vais chopper de la nana Aiiiigh ». Peut-être la phrase la plus classique du texte, mais bon on ne peut pas en vouloir à un rappeur de reprendre les codes du genre. C’est un peu comme si un cheminot revendiquait pour travailler moins et qu’on s’en étonnait. Un peu de bonne foi, voyons.

Vient LE moment de la vidéo : un enchaînement gauche droite jambe arrière, en mode déterminé. On sent bien le gros travail de gainage et la puissance des obliques, ainsi que la souplesse de hanche qui permet à notre combattant de réaliser ce geste digne des plus grands moines shaolins. Ce mouvement devrait servir de base à tous les grands de l’UFC en termes d’efficacité.

fh8hk7
Une bonne leçon pour Jérôme Lebanner.

Belle image que celle du trampoline permettant de toucher le ciel, avec l’aspect self made man des States. Y’a pas à dire, mais là on est dans la référence direct à Chuck Norris, l’emblématique karatéka des Etats-Unis d’Amérique. Ca ne m’étonnerait pas trop que Michou ait eu affaire à Chuck pour s’entraîner, tant il met ses pieds où il veut, même que c’est souvent dans la gueule.

Quitte à en mettre dans la tronche, Michel cale un petit direct du droit à Jamel Debbouze, qui lui ne pourrait pas riposter avec le même coup. Et oui, cette blague était facile, mais en même temps c’est drôle donc je la fais, et je ris en conséquence à gorge déployée. Et le « CHArisme », prononcé « chat », est un clin d’œil direct à toutes ces personnes qui parlent sans vraiment savoir ce qu’ils disent vraiment. Magistral.

On arrive à la fin de la vidéo, et là… j’ai failli perdre le fil. Au lieu de se défaire des critiques et de prendre de la hauteur, Michel rentre dans le tas : « Derrière ton écran, t’es sur le point de m’insulter mais n’oublie pas que ton père est patissier ». J’avoue que je n’ai pas trop compris, jusqu’au moment où je me suis repassé la scène et j’ai compris que la subtilité ne résidait pas dans les propos mais bien dans le geste. Excellent, comment Michel vous la met profond, les justiciers du Web! Sachant qu’il se torche tous les soirs avec la haine de ses jaloux, vous faites moins les marioles, tas de fils de pute qui ne savez rien faire d’autre que de détruire ce que les autres construisent!

patissier
L’art de mimer un artisan pâtissier, en les tartinant comme des nymphos.

Un autre enchaînement qui montre qu’en sortant un droite/jambe arrière/droite assorti d’un changement de garde, on peut surprendre l’adversaire et le sécher rapidement. L’efficacité, c’est aussi savoir sortir des sentiers battus. D’ailleurs Michel propose des cours si ça vous intéresse, c’est 1000 dollars l’heure mais bon, vu le prof je pense qu’il y a moyen de se faire plaisir. Et puis bon, ptet qu’avec le taux de change, ça peut être avantageux.

dg7xqo
Prends ça dans les dents, Buakaw Banchamek.

« Allez j’me casse y’a le tel qui sonne, oh… mais tiens? on dirait que c’est ta DA RONNE! »


 

« C’est Michel du 5-6, dédicace à tous les rageux, la réussite! » La dernière phrase du clip de Michel jailli de ma bouche, tandis que je roue de coups le visage tuméfié de Sylvain. Celui-ci tente de se dégager de mon emprise, mais visiblement il n’arrive pas à m’agripper avec ses moignons (bin ouais, un katana, ça coupe bien). Quelques semaines plus tard, j’ai appris qu’il ne reviendrait pas au travail (en même temps j’ai toujours dit qu’il ne savait rien faire de ses deux mains, maintenant tout le monde le voit, arf arf arf), comme quoi moi quand on me pète les noix, on l’apprend vite fait.

Ah, au fait Michel, j’ai ouï dire qu’il y avait une enquête pour violence volontaires et barbarie, et vu que j’ai lâché avec enthousiaste ton nom durant la « punition », la police semble s’intéresser à ton cas. Je pense que tu devrais changer ton orientation de carrière et penser à aller vers un pays où l’extradition n’est pas possible, parce que là à mon avis, c’est mort pour ta gueule.

Bonne réussite, mon Michel.

Chignolement votre,

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s